Université Lyon 1 Show CNRS website

À la une

 

Offre d'Emploi : CDD en maintenance informatique

à pourvoir dès le 15 Décembre 2014

L'adjoint en maintenance informatique exercera ses fonctions au sein du service informatique de l'ILM, constitué de 5 personnes, qui gère l'ensemble des ressources informatiques et réseau de l'Institut. Ses activités essentielles seront axées autour de son rôle d'adjoint de maintenance et d'exploitation. De par sa fonction il sera en contact direct avec les chercheurs, personnels et visiteurs de l'Institut. Plus de détails sur le poste dans la rubrique Emplois/Post-docs.

 


 

Bruit du scotch et angle de pelage

Marie-Julie Dalbe et Loïc Vanel  (équipe Liquides aux Interfaces), en collaboration avec Séphane Santucci (ENS Lyon) et Pierre-Philippe Cortet (FAST),  ont publié un article intitulé "Peeling-angle dependence of the stick-slip instability during adhesive tape peeling"  dans la revue Soft Matter Cet article a été sélectionné comme « 2014 Soft Matter Hot Papers ». 

Tout le monde connaît le bruit du scotch que l’on déroule et qui provient d’une instabilité dynamique de pelage dite « stick-slip ». Dans un contexte industriel, cette instabilité conduit à un endommagement adhésif et une pollution sonore préjudiciable. Pour comprendre comment cette instabilité dépend de l'angle de pelage, un nouveau dispositif expérimental a été développé, permettant de décoller un ruban adhésif pour une large gamme de vitesses, longueurs de ruban et angles de pelage, imposés et contrôlés. Grâce à ce dispositif, nous avons découvert que l'instabilité est fortement atténuée pour un angle de pelage important. Cet effet est lié à un couplage entre la raideur du système, qui augmente avec l'angle de pelage, et l'inertie du ruban.

 10/11/2014


 

Mesure vectorielle des forces optiques

Pierre Verlot, Alessandro  Siria, Philippe Poncharal et Pascal Vincent  (équipe PNEC), en collaboration avec l’équipe d’Olivier Arcizet de Grenoble, ont publié dans Nature Nanotechnology un article  intitulé : Bidimensional nano-optomechanics and topological backaction in a non-conservative radiation force field.

Cet article a fait l'objet d'une actualité de l'INP.

L’utilisation de résonateurs mécaniques très sensibles tels les nanofils a rendu possible des mesures extrêmement fines des interactions opto-mécaniques dans un système de type pince optique. Ce montage permet non seulement d’accéder à une mesure vectorielle des forces optiques, mais également de mettre en évidence l’aspect non-conservatif (au sens « ne dérivant pas d’un potentiel ») de ces forces.

 16/10/2014


 

Polyamorphisme : le polymorphisme des amorphes

Thierry Deschamps (équipe NPO) et Bernard Champagnon (équipe SOPRANO) ont publié en collaboration avec Martin Wilding de l’Université d’Aberystwyth au Pays de Galles, de Mark Wilson de l’Université d’Oxford et de Paul McMillan de l’University College de Londres un article intitulé « Low frequency vibrational dynamics and polyamorphism in Y2O3-Al2O3 glasses » dans la revue Physical Chemistry Chemical Physics. Paul McMillan avait d'ailleurs présenté le 9 septembre dernier la Grande Conférence de la Ville de Lyon dans le cadre de l’Année Mondiale de la Cristallographie de l’Unesco.

Le polyamorphisme se rapporte à la possibilité pour des matériaux amorphes de se présenter sous différentes « phases » par analogie avec le polymorphisme des cristaux.  Dans le cas des amorphes les différentes formes diffèrent par leur densité et sont désignées par formes  LDA (Low Density Amorphous) et HDA (High Density Amorphous). Les exemples de polyamorphisme dans les verres sont cependant rares et l’un des exemples le plus discuté est le cas d’un verre Y2O3-Al2O3 proche de la composition du YAG.

Dans cet article les auteurs ont pu démonter expérimentalement en particulier par micro-diffusion Raman basse fréquence l’existence de régions HDA et LDA au sein d’un même échantillon. Ces régions présentent des densités d’état vibrationnelles différentes provenant de différences de connectivité des polyèdres YOn-AlOm. Ces résultats sont en accord avec des simulations par dynamique moléculaire et démontrent sans ambiguïté l’existence du polyamorphisme dans les verres Y2O3-Al2O3.

11/10/2014


 

Fête de la Science : Festival particule.com


L'iLM participe au Festival particule.com dans le cadre de la fête des Sciences. De nombreux ateliers, conférences, visites sont programmées du 9 au 11 octobre sur le campus Lyon Tech La Doua.

Découvrez les animations proposées par l'iLM et leur localisation ici!

09/10/2014


 

La spectroscopie InfraRouge au service de la glycomique

Baptiste Schindler, Abdul-Rahman Allouche, Daniel Simon et Isabelle Compagnon ont publié un article intitulé «Distinguishing isobaric phosphated and sulfated carbohydrates by coupling of mass spectrometry with gas phase vibrational spectroscopy» dans le journal PCCP. Ce travail résulte de la collaboration entre deux équipes de l'ILM (Dynamique des états excités et Physicochimie théorique), un collègue de l’INSA-Lyon (Stéphane Chambert, ICBMS) et l’équipe de Marie-Pierre Gaigeot (LAMBE-Université D’Evry Val d’Essone).

Les oses sont une famille de molécules biologiques dont l’extraordinaire diversité structurelle joue un rôle essentiel dans de nombreux mécanismes biologiques, tels que les interactions cellulaires, la reconnaissance antigénique ou la modification post-traductionnelle des protéines. Par analogie avec la protéomique et la génomique, on parle de glycomique pour désigner l’étude des saccharides naturels. Pourtant, les méthodes d’analyse actuelle dédiées à la caractérisation structurelle d’autres biomolécules, en particulier la spectrométrie de masse, ne sont pas adaptées.

Dans cet article, les auteurs présentent un ensemble inédit d’outils expérimentaux et théoriques dédiés à la caractérisation structurelle de saccharides, basés sur le couplage de la spectrométrie de masse avec la spectroscopie vibrationnelle et sur des modélisations ab-initio allant au delà des approximations harmoniques.

06/10/2014


 

The Smaller, The Better

Isabelle Russier-Antoine,   Franck Bertorelle,   Marin Vojkovic,   Driss Rayane,   Estelle Salmon,   Christian Jonin,   Philippe Dugourd,   Rodolphe Antoine et Pierre-François Brevet   ont publié un article intitulé « Non-linear optical properties of gold quantum clusters. The smaller the better » dans le journal Nanoscale. Ce travail résulte de la collaboration entre deux équipes de l'ILM (SpectroBio et ONLI).

Des progrès considérables ont été récemment obtenus dans l’étude des propriétés optiques linéaires et non linéaires d’agrégats et de nanoparticules d’or de différentes formes et tailles. Ils ont notamment permis de suivre l’évolution de ces propriétés optiques depuis les agrégats atomiques d’or vers les nanocristaux plasmoniques. Les propriétés optiques non-linéaires pour les petits agrégats d’or sont encore peu explorées, notamment parce qu’il est difficile de les produire de manière stable.

Les auteurs présentent dans cet article une nouvelle méthode de synthèse de solutions monodisperses d’agrégats Au15 et Au25 stabilisés par des molécules de glutathion, permettant ainsi l’étude en solution des propriétés non-linéaires de ces agrégats, après absorption de deux photons. Les spectres d’émission à deux photons et la valeur de l’hyperpolarisabilité quadratique de ces particules ont été obtenus grâce notamment à la technique de diffusion hyper-Rayleigh. Il est montré que Au15, le plus petit agrégat avec un cœur d’or stable, présente de remarquables propriétés non-linéaires et apparait ainsi comme un très bon candidat pour de la microscopie à deux photons (fluorescence à 2 photons ou génération de seconde harmonique).

19/09/2014


 

Vers un diagnostic précoce du cancer du poumon

 

F. Lux et O. Tillement (équipe FENNEC) viennent de publier avec des collègues du Centre de résonance magnétique des systèmes biologiques (CNRS/Université de Bordeaux) et de l’Institut Albert Bonniot (Inserm/Université Joseph Fourier) un article intitulé « Targeting and in vivo imaging of non-small–cell lung cancer using nebulized multimodal contrast agents » dans la revue PNAS et décrit dans un communiqué de presse du CNRS.

L’une des principales raisons du pronostic très sombre associé au cancer du poumon est liée à son diagnostic tardif. Trois équipes de recherche composées de physiciens, chimistes et biologistes respectivement de Bordeaux, Lyon et Grenoble, ont réussi à le détecter précocement par IRM, en utilisant comme marqueur des nanoparticules ultrafines de gadolinium. Ce couplage a permis de détecter, chez la souris modèle, de minuscules tumeurs, d’un diamètre de l’ordre du millimètre. Et ce de manière non invasive puisque ces nanoparticules sont administrées par voie aérienne. Si l’utilisation de l’aérosol de gadolinium apporte la même précision de localisation des cellules cancéreuses que l’injection classique par intraveineuse, l’intérêt repose dans son efficacité : quatre fois moins de produit suffisent pour obtenir le même marquage. De plus, le signal est visible pendant plusieurs heures après l’inhalation, contre seulement une demi-heure pour la perfusion. Cette augmentation manifeste de contraste en passant par la voie aérienne suggère l’existence d’un nouveau mécanisme d’accumulation des nanoparticules dans les tumeurs.


 

Observer les nanoparticules se former dans l'atmosphère

G. David, B. Thomas, A. Miffre et P. Rairoux (équipe OET) ont publié avec des collègues de IRCELyon un article dans Optics Express intitulé « UV polarization lidar for remote sensing new particles formation in the atmosphere ». Sur proposition de Mme Lehtipalo de l’expérience CLOUD, cet article a été sélectionné et figure dans les « Spotlight on Optics » du mois de juin de l’Optical Society of America (OSA).

Dans cet article, les auteurs présentent une nouvelle méthode extrêmement sensible, permettant de mesurer à distance (lidar) la diffusion optique des centres de nucléation de particules responsables de la formation des nuages dans l'atmosphère.  Les auteurs ont identifié, par simulation numérique les exigences spectrales et de polarisation permettant de réaliser cette mesure difficile (faibles taille et concentration des nouvelles particules formées). Ce travail ouvre la voie à l’observation, pour la première fois, de l’extension spatiale verticale du processus de nucléation, impliqué dans la formation des nuages. 

 

Première observation à distance par lidar de la formation de nouvelles particules dans l’atmosphère


 

Tous les faits marquants...